Suppléments - Les éditions de la mort lente

"Qui avait décrété qu'il fallait choisir entre l'exaltation et la mort lente ?"


Tonino Benacquista




Dans les médias

Le psychologue devenu romancier; article dans le Quotidien
Dominic Tremblay aurait pu écrire sur sa vie, tant ce qui lui est arrivé sort de l'ordinaire. Après avoir exercé la profession de psychologue clinicien pendant 23 ans, l'homme originaire de Chicoutimi a été victime d'un accident de la route qui aurait été provoqué par un chauffard en état d'ébriété.

«Je me suis retrouvé avec une jambe amochée, dont l'artère fémorale était quasiment sectionnée, raconte-t-il. J'ai essayé de la replacer pour la sauver, mais ça n'a pas fonctionné en raison de l'infection. Comme les interventions chirurgicales ont été étalées sur sept ans et que j'étais souvent sous médication, je n'ai plus été en mesure de travailler.»

Voir l'article en intégral



Suite au lancement du Baiser de Sade, Dominic accorde une entrevue au journal la Revue:

Véritable curieux fasciné par la psychopathologie, Dominic Tremblay, espère par cette trame fictive exprimer quelques vérités par rapport au fonctionnement de certaines pulsions. «Je me suis mis la barre très haute, admet-il d’emblée. Je voulais me démarquer par rapport à ce qui se fait dans le genre. Mon meurtrier, j’ai le souci de le faire différent de ce qu’on voit habituellement dans les romans.»

Chose certaine, avec plusieurs années de recherches et un bagage professionnel, il espère défaire quelques mythes tout en offrant une trame pouvant séduire un vaste public. «Mon but c’est que les gens aiment le livre et aient du plaisir à le lire. Même si c’est le produit d’une recherche intensive, c’est d’abord et avant tout une activité ludique.»

Voir l'article en intégrale


Un roman enflammé, critique par Carlos Séguin:

Envoutant. Ensorcelant. Mystérieux. Dès les premières pages du roman, l’auteur nous transporte dans un univers fascinant rempli de volupté et d’euphorie. Le baiser de Sade, écrit par Dominic Tremblay et publié aux éditions Véritas Québec, réussit à nous bouleverser grâce à ses dialogues sulfureux, à ses descriptions évocatrices et à ses réflexions historiques Premier tome d’une trilogie, ce thriller psychologique plonge au cœur d’un univers hanté par l’esprit du Marquis de Sade. (...)

L’auteur réussit à construire une intrigue bien ficelée. Nous sentons tout l’intérêt anthropologique qu’il porte sur la sexualité et sur ses déviances. Il aborde la vie de Sade en analysant sa psyché, son histoire, sa voix…Il réveille Sade d’entre les morts et nous le présente à travers des personnages énigmatiques. Le roman, habité par l’âme sadique, saura faire frissonner tous les amateurs de sensations fortes. Thriller réussi. Écriture séduisante. Style alléchant et invitant. Laissez-vous tenter par un roman qui entraîne le lecteur dans les dédales d’une sexualité…angoissante.

Lire la critique en intégrale



Extraits de roman

Baiser de Sade - Tome I

Chapitre : Une ombre parmi les âmes P.190 —


S’étant réunis autour d’un mortel luttant pour sa vie, les porteurs d’âmes attendaient patiemment le dénouement afin de savoir lequel d’entre eux aurait pour tâche de s’adresser à cette psyché en détresse et de l’accompagner. Aucun n’eut à se présenter et accomplir cette délicate mission de mener cet esprit nouvellement libéré par-delà l’Érèbe et sa destinée. Pourtant l’un d’eux décida de demeurer près de cet être tourmenté, de ne pas le quitter maintenant, de voir, regarder et observer.


Le porteur d’âmes se tenait près, très près de cette psyché, tellement près dans l’intimité, l’enveloppant du halo de Sélène, que ce mortel avait l’étrange sensation d’une présence, de quelqu’un dans son dos, à ses côtés, une impression comme le fait de ne pas vraiment être seul, et ce, même si la solitude semblait omniprésente, de tous les instants, dans les moindres gestes, permanente et indissoluble. Dès l’impact, alors qu’il était en plein vol, le sentiment d’être porté se fit sentir, la chute, trente ou quarante pieds plus loin, avait semblé moins brutale que ne l’indiquait la force de cet impact et la distance parcourue. Les dommages subis ne laissaient, quant à eux, aucun doute sur la gravité et l’imminence de la mort, ce qui expliquait la présence des porteurs d’âmes et le fait qu’ils aient attendu. Les porteurs d’âmes ne quittent que lorsque tout danger, menaçant un mortel, est totalement écarté. Le regard vitrifié d’une jeune anorexique d’à peine douze ans, le teint laiteux et sur le point de rendre son âme, appelle le porteur d’âmes à se rendre à son chevet. Laissant notre mortel se tirer d’affaire, le couvrant, avant son départ, d’un voile d’illusion.


Partons maintenant… Les cheveux noirs au carré, ses yeux tristes et humides, la lumière n’atteint déjà plus l’âme de cet enfant, laquelle sera bientôt dans l’obscurité la plus totale, perdue et seule. Ses souffrances n’auront eu que peu de sens, ne laissant derrière elle qu’une mère avide, assoiffée, lui ayant bu sa jeune vie, vampire d’un nouvel âge, dont l’envie s’est révélée funeste pour sa progéniture. Frêle et sans voix, elle part avant même d’être arrivée, et le porteur d’âmes, prenant entre ses bras cette fillette, aussi légère qu’un pétale de myosotis, lui chuchote doucement à l’oreille « Je ne t’oublierai jamais, belle myosotis, ton teint bleuté, gravé en ma mémoire, pour que dans l’éternité ton âme colore à chaque printemps le ciel de mai. » D’un brun profond, ses yeux, pleins de larmes, implorent, assombris par la peur et l’angoisse. Plus intense encore que le pire de ses cauchemars, l’horreur s’empare de son âme, lentement, sans faire de bruit…



Rouge Corbeau- Tome II 

La palingénésie Du Grand Corbeau Rouge